Journée d’étude : PARTICIPE PRESENT

PARTICIPE PRESENT !
Le rôle du cadre intermédiaire
pour favoriser la participation des personnes accompagnées

Alors que la demande de participation est de plus en plus forte dans la société française, que son affirmation est sans cesse renforcée par les textes, son effectivité peine à émerger, notamment au sein des établissements et services sociaux et médico-sociaux (ESSSMS). La participation vise à donner un pouvoir à des personnes ou des groupes qui en sont écartés et à leur permettre l’accès à une citoyenneté pleine et entière 1.

Les professionnels sont invités à passer à l’ère du pouvoir d’agir, qui commence avec l’empowerment, c’est-à-dire, le « processus par lequel des personnes accèdent, ensemble ou séparément, à une plus grande possibilité d’agir sur ce qui est important pour elles-mêmes, leurs proches ou la collectivité à laquelle elles s’identifient » 2.

Le développement du pouvoir d’agir c’est aussi une posture professionnelle qui rompt avec le concept d’intervenant social-expert pour donner la place à une co-construction avec les personnes accompagnées, reconnues comme ayant la capacité d’agir et de décider pour elles-mêmes. Professionnels et personnes accompagnées ont chacun des compétences spécifiques, desquelles émergeront le projet de la personne accompagnée.

Pour cela, encore faut-il que le professionnel d’ESSMS soit sécurisé dans sa posture, avec des institutions bienveillantes et des cadres soutenant. En effet, pour permettre le renforcement de la participation et de la capacitation des personnes accompagnées, l’encadrement, notamment de proximité, doit mettre à disposition des intervenants sociaux des moyens : temps dédié, outillage méthodologique, formation, … C’est ainsi le rôle du cadre intermédiaire qui sera travaillé au cours de cette journée, afin de réfléchir ensemble sur comment il permet de transformer les discours sur la participation en pratiques effectives !

 

1. [Nelly DEVERCHERE, « Innovations et engagement des travailleurs sociaux en faveur du développement du pouvoir d’agir », in Vie Sociale, De la participation au pouvoir d’agir, n° 19, 2017]

2. [Yann LE BOSSE, psychosociologue, université Laval (Québec)]

Jeudi 12 décembre 2019
de 9 h à 16 h

à la Salle Camille Claudel
4 rue Camille Claudel – 21000 DIJON