Positionnement face aux situations difficiles

CONTEXTE

Les professionnels des ESSMS font face à des actes de transgression de la part des personnes qu’ils accompagnent. Ces transgressions peuvent être mineures ou majeures, ponctuelles ou permanentes, à l’égard des codes sociaux, du règlement de fonctionnement, de la loi. Le sens, les formes et les causes de ces transgressions sont diverses. Les professionnels peuvent se sentir démunis face aux agissements des personnes accompagnées et avoir l’impression que « rien n’y fait » voire que « rien n’est fait » pour y remédier.
Les différentes situations de handicap des personnes accompagnées par les ESSMS demandent aux professionnels d’adapter les réponses apportées suite à une transgression. Comment tenir compte du sens de l’acte, tenir compte des spécificités de la personne, interroger le sens des interdits ? Autant des questionnements que le CREAI propose de traiter lors de cette formation, afin d’aider les professionnels à construire une réponse structurante et respectueuse des droits et de la personne elle-même.

OBJECTIFS

  • Distinguer : interdits, loi et règle
  • Distinguer : sanction et punition
  • Identifier les spécificités des personnes accompagnées et leurs conséquences en termes de transgressions
  • Identifier les interdits dans l’institution qui contreviennent aux droits et libertés des personnes accompagnées
  • Construire une sanction éducative à l’aide d’une méthode de questionnement

CONTEXTE

Les professionnels font face à des situations-problèmes de plus en plus diversifiées et parfois plus aigües. Parmi ces situations difficiles, celles où surgissent des tensions, des conflits, de l’agressivité ou de la violence de la part des personnes accueillies ou de leur entourage augmentent, dans un contexte où le traitement de ces difficultés se veut plus attentif aux droits des usagers et à leur bientraitance.
Cette augmentation peut relever de phénomènes tels que l’accentuation ou le cumul des pathologies présentées par les personnes accompagnées et l’évolution des formes d’expression du mal être. Elle peut aussi résulter des conditions d’accueil inadéquates, de difficultés dans la relation d’accompagnement, d’inadaptation des projets d’établissement ou service, de  mauvaises conditions de travail ou bien encore de l’insuffisance de formation du personnel.
La violence des personnes accompagnées peut se manifester entre elles, se retourner contre elles ou s’exercer envers les personnels des structures. Ceux-ci peuvent être atteints émotionnellement et physiquement et désemparés pour élaborer des réponses pertinentes, que ce soit lors d’intervention à domicile, d’un accueil au guichet ou d’un séjour en  établissement. Ces réponses constituent l’élément majeur d’une prévention de la maltraitance.
La violence des personnes accompagnées peut se manifester entre elles, se retourner contre elles ou s’exercer envers les personnels des structures. Ceux-ci peuvent être atteints émotionnellement et physiquement et désemparés pour élaborer des réponses pertinentes, que ce soit lors d’intervention à domicile, d’un accueil au guichet ou d’un séjour en établissement. Ces réponses constituent l’élément majeur d’une prévention de la maltraitance.

OBJECTIFS

  • Identifier les facteurs de risque pouvant conduire à des phénomènes violents et les facteurs de protection pouvant les prévenir
  • Analyser la survenue de phénomènes violents
  • Expliciter les attitudes et savoir-faire favorisant la désescalade lors de situations tendues ou violentes
  • Développer des attitudes réparatrices et soutenantes à l’issue de tensions et violences

CONTEXTE

Une évolution culturelle rend le corps social plus sensible aux situations de violence et les professionnels plus attentifs aux risques de violence, que ce soit entre personnes accompagnées par un ESSMS, de la part de professionnels à leur encontre, ou vice versa, et qu’il s’agisse de violences individuelles ou collectives.
Parmi les violences, les atteintes aux personnes vulnérables qui s’opèrent au coeur de la relation d’accompagnement ou par l’entremise de structures ayant mission de protéger constituent des maltraitances inacceptables.
Les mécanismes de la maltraitance, qu’elle soit individuelle, collective ou institutionnelle, qu’elle soit délibérée ou involontaire, sont désormais mieux connus. Il en est de même de ce qui fait obstacle à leur révélation et à leur traitement.
Que ce soit lors d’intervention à domicile ou au sein des établissements, la prévention et le traitement de la maltraitance demande une vigilance individuelle et collective. Les textes juridiques et plans de lutte contre la maltraitance sont venus consolider cette vigilance.
Le CREAI propose aux professionnels une formation qui peut se prolonger par une journée d’expérimentation avec l’outil du théâtre forum associant des professionnels et des
personnes accompagnées.

OBJECTIFS

  • Connaître les attitudes, outils et les procédures permettant d’éviter la survenue de situations de maltraitance
  • Savoir repérer les situations de maltraitance et intervenir de manière appropriée lorsque surviennent des maltraitances
  • Savoir traiter les situations de maltraitance et soutenir les victimes
  • Savoir rétablir les conditions d’une bientraitance des personnes accueillies
  • Connaître des stratégies concrètes pour déjouer des maltraitances banales (si journée théâtre forum)

CONTEXTE

Les politiques sociales peuvent contenir des Objectifs pédagogiques qui entrent en contradiction avec d’autres politiques publiques, par exemple autour des questions de prévention et de sécurité ou d’éducation et de répression. Les contextes sociaux dans lesquelles se déploient les politiques contiennent des paradoxes entre les fins et les moyens, les intentions et les réalités. La mission des ESSMS est elle-même porteuse de tensions entre impératifs antinomiques, notamment entre autonomie et protection ou missions des professionnels et volonté des
personnes accompagnées.
Les professionnels sont ainsi régulièrement confrontés à d’importants dilemmes dans leur pratique et à des difficultés de positionnement au coeur de la relation d’aide qu’ils instaurent avec les personnes accompagnées.
Ces difficultés invitent à mettre en oeuvre, au sein des structures, une démarche de réflexion éthique permettant d’interroger ce qui fonde l’action des professionnels au quotidien, de manière à dégager et assumer, face à des situations complexes, des positions responsables, au niveau individuel et collectif.

OBJECTIFS

  • Connaitre les principes d’une démarche de réflexion éthique
  • Connaître les étapes et outils d’une démarche de réflexion éthique
  • Mettre en place une démarche de réflexion éthique interne facilitant le positionnement dans des situations difficiles
  • Élaborer des repères partagés